La grande maison

Parfois, elle s’embêtait, dans cette grande maison. Elle attendait, lascive. Que quelqu’un vienne pour elle. Un amant, peut-être. Ou une complice. Elle attendait, elle rêvassait avec sa poupée et ses romans. Elle s’inventait des histoires, refaisait sa vie dans des univers qu’elle avait créés.

L.W.

Photo : Henry Jee

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s